12/08/2015

"SeTLiST" - Nuit Noire - Dialogue d'été

Et comment établir la "SeTLiST" d'une telle Nuit ? Impromptu d'été - Sans la moindre préparation, sans aucune autre raison que l'envie, Cécile et moi nous étions donnés rendez-vous au studio Louise Michel de Radio Libertaire, pour la Nuit Noire. Dans mon idée, fraichement revenue de Bure avec somme d'enregistrements, ma consœur et amie s'en venait profiter des bras grands ouverts de Miss Night pour donner aux auditeurs et auditrices la plus large part de ses enregistrements. Mais, ceci ayant été fait dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, c'est davantage dans l'idée de partager quelques instants - situations - qu'est arrivée Cécile. Et c'est à cet exercice que nous nous sommes livrés, oui, jusqu'à potron-minet.

Nous avons ouvert le micro vers une heure et quart (1h16m27s sur le premier lien proposé plus bas), sans but précis, sans le moindre propos établi, sans la moindre idée de ce dont nous allions parler. De Bure, propos induit ; de tous ces sujets qui tiennent nos consciences en éveil, nos cris à la ceinture et notre poing levé, évidemment ; d'idées ou de pensées plus simples, aussi ; de ce qui nous rassemblerait, nous ressemblerait, sans manquer d'évoquer ce qui nous différencie, parfois même nous divise ; de tout et de rien, comme tout un chacun - une chacune. Plus qu'une simple présence dans la nuit et dans l'été, mais partager avec vous ce double espace de liberté que sont la Nuit et Radio Libertaire.

Depuis Bure, nous sommes allés vers la militance ; en élargissant vers l'idée de société ; en se rapprochant sur le capitalisme et ses horreurs ; et passant par "vérité que l'on impose / conviction que l'on propose"; par le féminisme, et Ferré dans la foulée, ça n'a pas manqué (et c'est (bien) nécessaire) ; par communautarisme et/ou Universalisme ; par quelques endroits, quelques personnes ; de l'anarchie il fut question à peine, de la poésie un peu plus... jusqu'à ce que la parole s'étire, s'étiole, s'étouffe - comme un rire qui perd sa raison. J'ai laissé Cécile vers six heures du matin, laquelle a débuté de manière bien avancée son émission "Et toi tu la sens ma cinquième puissance ?"... Bravo à elle !

Quelques échos sont arrivés jusqu'à nous. Celui de Stéphane, que je remercie pour son soutien, et à qui je confirme que les chèques de soutien à Radio Libertaire sont à libeller à l'ordre de D.M.C. Celui de Simon, qui, dans un mail, nous remercie pour la musique "sensass' et les propos bien critiques et posés". Merci Simon, les retours fraternels comme le tien sont aussi et avant tout autre chose ce qui apporte l'eau à notre moulin. (Merci aussi à nos amis pour les relais sur les réseaux)

Et un grand merci à toi, Cécile. Sache que la Nuit Noire t'est ouverte quand bon te semble. A bientôt !

Salut à tous et toutes,
Davou

*

Quelques œuvres musicales signées Dominique A, Renaud, Ferré, Aït Menguelet, Joy Division, Saez, Thiéffaine, Blur, Leonard Cohen, Mozart, Talking Heads, Raekwon, parsèment ce programme. (Libre) à vous de les retrouver.

Les titres joués en ouverture sont : Masters At Work Ft. India, I can't get no sleep - Dj Vorak, Found and lost - Georg Friedrich Haendel, The messiah (The trumpet shall sound) (Dj Vorak remix) - Timide et Sans Complexe, Brûle la prison - Léo Ferré, L'étranger (Ch. Baudelaire) - Damien Saez, Tricycle jaune - Léo Ferré, L'opéra du pauvre (La cloitrée) - Ange, Harmonie (live) - Dj Vorak, Un super astuce - Jacques Higelin, L'innocence - Dj Vorak, Farandole d'automne II

Le texte lu par Cécile est un extrait de "A nos amis" du Comité Invisible. Le texte que j'ai lu est "Seul" de Rocé.

Pour réécouter la Nuit Noire Dialogue d'été, c'est ici :
1ère Partie - 2ème Partie - 3ème Partie